vendredi 12 mai 2017

Treize mois plus tard...

Voilà des mois, presque treize pour être exacte, que je ne suis plus venue écrire par ici.

Le retour d'expatriation a connu des hauts et des bas. Et pour faire écho au dernier post publié Partir en expatriation, c'est mourir un peu, je rajoute que revenir d'expatriation, c'est mourir un peu plus pour mieux renaître. Le processus est difficile et fragilisant mais il a au moins le mérite de me faire faire le point sur mes envies, mes besoins et mes objectifs.

Alors, vous vous demandez peut-être si je vais repartir. Vous vous dites aussi que si je reviens traîner par ici, c'est que j'ai quelque chose à vous annoncer.

Oui, c'est vrai. J'ai quelque chose à vous dire. Et cela à voir avec l'expatriation. Un peu normal, non, vu le nom du blog. Mais il ne s'agit pas d'une nouvelle destination. Non, ça, j'y reviendrai dans un autre post.

Vivre à l'étranger a boosté ma créativité, notamment par le biais de l'écriture mais aussi du dessin. Depuis Chicago, il y avait cette histoire que j'avais envie de raconter et qui tournait en rond dans ma tête. Je l'ai écrite en partie à Shanghai et terminée en France à mon retour. J'ai mis presque six mois à décider ce que j'allais en faire. Et puis, j'ai sauté le pas.

Alors voilà (pour reprendre le titre d'un superbe blog) !

Je vous dévoile mon dernier bébé, celui qui m'a tenu loin du blog, celui dont je vais vous parler dans les prochains billets. Il s'appelle "Journal d'une ado expatriée" et il sera prochainement disponible. je vous dirai quand et où. Pour l'instant, je vous propose de découvrir sa couverture en avant-première.


À bientôt,

Véronique

lundi 18 avril 2016

Partir en expatriation, c'est mourir un peu


Quand j'ai découvert le superbe poème d'Edmond Haraucourt, "Partir, c'est mourir un peu", j'ai trouvé qu'il correspondait parfaitement à ce que l'ont ressent lorsque l'on part vivre à l'étranger quelle que soit la raison.


Tous les expatriés, exilés ou migrants se reconnaîtront dans ces quelques vers, car partir c'est mourir un peu socialement, professionnellement et culturellement.

Mais partir, c'est aussi se réinventer tout le temps.

Rondel de l'adieu

Partir, c'est mourir un peu,
C'est mourir à ce qu'on aime : 
On laisse un peu de soi-même
En toute heure et dans tout lieu.

C'est toujours le deuil d'un voeu,
Le dernier vers d'un poème ; 
Partir, c'est mourir un peu.

Et l'on part, et c'est un jeu,
Et jusqu'à l'adieu suprême
C'est son âme que l'on sème,
Que l'on sème à chaque adieu ...
Partir, c'est mourir un peu. 

Edmond Haraucourt dans Seul, roman en vers, 1890


mardi 5 avril 2016

Infographie sur la manière dont les couples gèrent deux carrières en expatriation

Aujourd'hui, je publie sur ce blog l'infographie réalisée par Evelyne Schauly pour Expat Value dans le cadre de la publication de leur livre blanc : "Comment les couples conjuguent-ils deux carrières en expatriation ? Une enquête entre stéréotypes, mirage et courage". 


Enfin, un travail de fond sur la question. Merci à l'équipe d'Expat Communication.

J'ajouterai juste mon analyse personnelle après 16 ans de mobilité internationale : j'ai banni le mot "carrière" de mon vocabulaire car si carrière double il y a, elle se fait forcément au détriment de quelque chose. Le couple ? L'équilibre des enfants ? C'est pile ou face.

Je n'ai pas de solution. J'essaie juste de mener ma barque du mieux que je peux en travaillant sur des projets, en me réinventant, en créant et en modelant à mon image ma propre activité. Ce n'est pas toujours facile, loin de là. Je pense qu'il est juste important de trouver son fil directeur, ce qui fait qu'on a envie d'aller au charbon le matin.

Mais avoir une carrière au sens classique du terme alors que l'on suit son conjoint à l'étranger et qu'en plus on multiplie les expatriations, franchement, je n'y crois pas. Il faut sortir du modèle classique. Penser sa vie professionnelle autrement, selon d'autres critères et d'autres valeurs. Les siennes, celles que l'on se crée en avançant et surtout ne pas y déroger, quoiqu'en disent et quoiqu'en pensent les autres.






lundi 21 mars 2016

Vidéo de présentation de mon atelier d'écriture à distance

Je vous en ai déjà parlé dans le cadre d'un précédent billet : je propose des ateliers d'écriture à distance adaptés aux femmes expatriées francophones et aux françaises de l'étranger. 

J'ouvre une nouvelle session qui commencera le 4 avril et se terminera le 27 juin, juste avant les grandes vacances d'été !

J'ai réalisé une vidéo pour vous présenter mon atelier : mode de fonctionnement, public, contenu, etc ... Vous saurez tout ! Et si vous souhaitez en savoir davantage, contactez-moi en m'envoyant un message.



Écrivons pour mieux vivre notre expatriation ou notre retour d'expatriation !

jeudi 3 mars 2016

L’Express Réussir Oser le monde : les clefs de l’expatriation

L’Express Réussir Oser le monde : les clefs de l’expatriation

Depuis la fin du mois de janvier, vous pouvez trouver dans les kiosques le hors série L’Express Réussir Oser le Monde - Les clefs de l’expatriation (n° 36 - février-mars 2016).
Si je vous en parle, c’est évidemment parce que ce numéro spécial traite de la vie à l’étranger et d’expatriation mais aussi parce que … je suis dedans !!


Le 14 septembre 2015, je trouve dans ma boîte mail un message de Natacha Czerwinski, journaliste pour le magazine L’Express. Elle souhaite m’interviewer sur mon parcours de multi-expatriée. Elle m’explique qu’un article du prochain Hors Série de L’Express portera sur les profils de serial expat. Le rendez-vous est pris et je la rencontre le 22 septembre 2015 sur Skype. Nous passons alors plus d’une heure à parler et à échanger sur des questions et des thématiques qui sont au coeur de ce blog : 
  • l’adaptation individuelle mais aussi celle des enfants et de la famille expatriée à chaque nouveau pays et à chaque nouvelle culture ;
  • le rapport entretenu avec la France et notre entourage resté au pays ;
  • les avantages et les inconvénients du mode de vie nomade ainsi que son implication sur ma vie professionnelle. 
À la fin du mois de janvier 2016, une belle surprise m’attendait dans la boîte aux lettres de mon appartement : un exemplaire tout beau et tout chaud de  L’Express Réussir ! 
Je découvre alors mon témoignage dans l’article de Natacha Czerwinski intitulé « Expat’ un jour, expat’ toujours » (page 10-13), un titre qui me va comme un gant quand on est l’auteur du blog Expat Forever, vous ne trouvez pas ? Mes propos ne sont cités que deux fois dans l’article mais en le lisant, je retrouve toutes les thématiques que Natacha a abordé avec moi en entretien. 




D’une manière générale, je trouve ce magazine très complet et riche dans son approche de l’expatriation. Il traite de manière dense les problématiques essentielles de l’expatriation à travers les  thèmes transversaux suivants : Partir vivre à l’étranger, travailler à l’étranger, entreprendre à l’étranger, étudier à l’étranger, vivre à l’étranger. Chaque thème est complété par des gros plans sur des pays ou des villes, des double-pages pratiques (5 pièges à éviter, 10 destinations valeurs sûres, Expatriation mode d’emploi, Passeport pour l’Europe) et des témoignages (Ils l’ont fait).  C’est un bon point de départ pour se familiariser avec le sujet si l’on a pour projet de s’expatrier dans l’année qui vient et au-delà ou de réaliser son premier séjour à l’étranger (VIE, PVT, Erasmus Plus). 

Deux articles ont retenu mon attention de conjointe multi-expatriée et blogueuse : 
  • celui de Julie Thoin-Bousquié (page 18-19), « Ma femme largue les amarres » qui explore le sujet de la femme expatriée, c’est-à-dire lorsque le salarié expatriée est une femme et que le conjoint accompagnateur est un homme, ce qui soit en dit en passant est encore relativement rare comme l’explique la journaliste en citant l’étude d’Expat Communication : « 91% de ceux qui suivent dans le cas d’une mobilité de couple sont des femmes. »
  • celui de Natacha Czerwinski (page 82-83), intitulé « À vos blogs ! », qui démontre qu’avoir un blog en expatriation est fort utile d’un point de vue personnel mais aussi professionnel. Je ne vais pas dire le contraire ! 
Si vous aussi, vous avez lu le hors série L’Express Réussir Oser le Monde - Les clefs de l’expatriation, dites-moi ce que vous en avez pensé en laissant un commentaire.


Partageons nos expériences pour mieux vivre notre expatriation !

jeudi 11 février 2016

Un atelier d'écriture à distance adaptés aux expatriées et françaises de l'étranger

Atelier d'écriture avec Writer Forever - Véronique Martin-Place


L'expatriation renforce la créativité ! Cette nouvelle étape de vie permet aussi de se recentrer sur soi-même, ses besoins, ses envies. Pourquoi ne pas en profiter pour écrire, surtout si cette envie est en vous !


Lors de mon séjour aux Etats-Unis, j'ai décidé de privilégier l'une de mes envies : écrire. J'ai créé mon activité professionnelle nomade Writer Forever en 2009 et j'ai publié mon premier livre en 2012. 

Depuis 2013, je propose des formations à l'écriture à distance particulièrement adaptées aux expatriées, aux françaises de l'étranger mais aussi à celles qui sont de retour et qui voudraient profiter de cette période pour écrire sur leur expérience.

Depuis 2015, je propose un atelier d'écriture à distance pour les débutants. La prochaine session commencera le 29 février 2016. Pour en savoir plus sur cet atelier, je vous encourage à consulter l'article expliquant les objectifs, le mode de fonctionnement, le public ciblé, la durée et les modalités d'inscription. 


N'hésitez pas à me contacter en m'écrivant à veronique@writerforever.com pour plus d'information. 


Ecrivons pour mieux vivre notre expatriation ou notre retour d'expatriation. 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...